définition de la cosmétique bio

Cosmétique bio = cosmétique naturelle ?

Il faut différencier la cosmétique bio de la cosmétique naturelle. La cosmétique naturelle contient des ingrédients d’origine naturelle mais peut aussi contenir des ingrédients d’origine synthétique. Aussi, elle peut contenir des ingrédients non autorisés par les chartes de cosmétique bio. Ainsi un produit naturel peut contenir 95% d’ingrédients d’origine naturelle mais 5% d’ingrédients controversés comme les conservateurs de type phenoxyethanol ou parabènes, des silicones ou encore des PEG.

La cosmétique bio est par définition un cosmétique issu d’ingrédients d’origine naturelle à laquelle on impose un pourcentage minimum d’ingrédients cultivés selon les principes de l’agriculture biologique. Ce pourcentage peut varier d’une certification à l’autre et les chartes sont plus ou moins strictes. Un cosmétique bio est donc un cosmétique naturel, qui va encore plus loin dans la recherche de naturalité avec l’intégration d’ingrédients biologiques dans sa composition.

En dehors de la composition, la cosmétique bio privilégie autant que possible un mode de fabrication respectueux de l’homme et de l’environnement : les ingrédients dangereux et polluants sont bannis. Côté écologie, la cosmétique bio ne fera donc pas usage de ressources non renouvelables comme le pétrole (et des dérivés plastiques) pour créer ses produits.

Cosmétique bio = plus “vraie” pour le consommateur

Les référentiels des chartes de cosmétique bio étant plus strictes qu’en cosmétique naturelle, et à plus forte raison, qu’en cosmétique conventionnelle, les fabricants de cosmétiques bio font la part belle aux ingrédients utiles. Vous trouverez ainsi souvent dans les produits de cosmétique bio des huiles végétales, des extraits de plantes, des huiles essentielles, ou encore des hydrolats.

Quand un cosmétique conventionnel utilise de l’eau dans ses formulations, un cosmétique bio utilise généralement de l’hydrolat. Aussi, lorsqu’un cosmétique conventionnel utilise des dérivés de pétrole pour former un film protecteur sur la peau (silicones, huiles minérales comme la paraffine), un cosmétique bio utilise des ingrédients naturels plus utiles pour la peau (beurres végétaux, acide hyaluronique, cire d’abeille ou cire végétale, gel d’aloe vera …). Ainsi, les ingrédients utilisés dans les cosmétiques bio sont alors plus coûteux mais avec davantage de bienfaits pour la peau. 

En cosmétique conventionnelle, les émulsifiants (qui lient la phase aqueuse et la phase huileuse entre elles) sont généralement des PEG (dérivés plastiques extrêmement polluants). Par ailleurs, en cosmétique bio, les émulsifiants sont d’origine naturelle et végétale (esters de sucre par exemple).

Des cosmétiques bio sans label ?

Avec l’avènement de la cosmétique bio ces dernières années, le greenwashing se fait de plus en plus présent. De nombreuses marques n’hésitent pas à jouer sur les mots, quitte à semer le trouble chez les consommateurs. Pour faire votre choix, on vous conseille de faire confiance aux nombreux labels certifiants qui existent. 

Chez Ayda nous avons plusieurs certifications :

  • Cosmos Organic et Slow Cosmétique pour tous nos produits
  • Nature & Progrès pour nos savons et shampoings solides

En tant que marque certifiée, nous vous offrons les meilleurs produits possibles, associé au savoir faire en cosmétique française. Nous vous garantissons cela grâce aux contrôles récurrents de toute notre chaine de production réalisés par des auditeurs indépendants et qualifiés. Ainsi, les auditeurs contrôlent l’unité de conditionnement, les producteurs des ingrédients utilisés, les éléments de conditionnement et également l’étiquetage. En plus, nous participons au développement de la filière agriculture biologique.

Liste des labels bio en lesquels avoir confiance

Chaque certificateur a sa propre charte et son propre cahier des charges. Pour exemple, il peut y avoir des différences sur le pourcentage minimum d’ingrédients naturels et d’ingrédients biologiques. Aussi, les modes de fabrication ou la liste des ingrédients non autorisés correspondent à des écartes entre les chartes.

Les deux certificateurs les plus connus sont Ecocert et Cosmecert. Pour exemple, la plus part de nos produits (comme l’huile de figue de barbarie) sont certifiés par Ecocert.

Pour obtenir le label cosmos natural il faut que le produit contienne au minimum 95% d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle (l’eau et les minéraux sont considérés comme naturels).

Par ailleurs, pour obtenir le label cosmos organic il faut que le produit contienne au moins 95% d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle (l’eau et les minéraux sont considérés comme naturels). Aussi, le produit cosmétique doit contenir au minimum :

  • 95% d’ingrédients végétaux issus de l’Agriculture Biologique
  • 20% du total des ingrédients issus de l’Agriculture Biologique (hors eau et minéraux, non certifiables) et 10% pour les produits à rincer

Pour le reste, il existe d’autres labels français, avec d’autres pré-requis et spécificités.

Les autres labels bio et mentions

La mention Slow Cosmétique par exemple, repose sur 4 piliers, qui vont même au-delà de la composition du produit. Dans sa charte, elle a également une liste d’ingrédients interdits. Mais elle va aussi se concentrer sur l’éthique de la marque et ses pratiques marketing.

Le label Nature & progrès a le cahier des charges le plus stricte. 

100% des ingrédients végétaux doivent être bio et le cosmétique doit contenir 95% minimum d’ingrédients d’origine naturelle. Les cosmétiques ne doivent pas contenir d’ingrédients d’origine synthétique ou colorants synthétiques. Aussi, ils ne doivent pas contenir d’ingrédients issus de la pétrochimie, d’huile de palme et dérivés. 

Il existe également d’autres labels en Europe : BDIH (Allemagne), Natrue (Allemagne), Soil association (Royaume Uni)

Mais aussi aux Etats-Unis : USDA organic

A savoir : Un produit cosmétique certifié bio peut selon les labels contenir jusqu’à 5% d’ingrédients d’origine synthétique. C’est à dire obtenus par transformation. Ces ingrédients ne sont pas nocifs. Ils doivent faire partie des ingrédients autorisés dans le cahier des charges des organismes certificateurs.